Le CPF en euros

13 juin 2018

Le CPF en euros : est-ce une bonne nouvelle ?

 

Depuis plusieurs mois déjà, Muriel Pénicaud nous annonce une réforme de la formation professionnelle et son projet de loi «pour la liberté de choisir son avenir professionnel» arrive à l’Assemblée Nationale.

 

Parmi les mesures phares de ce projet, il en est une qui suscite beaucoup de débats et d’interrogations voire d’inquiétudes. Revenons quelque peu en arrière, en janvier 2015, pour être précis. La réforme de 2014, portée par le gouvernement de François Hollande, a fait naître le Compte Personnel de Formation (CPF) ayant vocation à faire disparaître le DIF (Droit Individuel à la Formation).

 

Le CPF est un compteur en heures, qui permet de cumuler des heures de formation, avec un plafond de 150 heures. À noter que l’ouverture du CPF ne se fait pas automatiquement et qu’il vous faut mener cette démarche personnellement à partir du lien suivant : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/R39857

 

La question que peu de personnes se pose est celle de la valeur de l’heure de CPF. Finalement, de quel budget dispose-t-on réellement avec 150 heures au compteur ? Difficile de répondre précisément à cette question car la valorisation de l’heure de CPF dépend de l’OPCA, organisme qui collecte les fonds de la formation, versés par les entreprises. En France, chaque employeur de droit privé est soumis à une obligation de financement de la formation professionnelle continue. Cette obligation est calculée en fonction de la taille de l’entreprise et du montant de la masse salariale. Il existe 18 OPCA de branche, 2 OPCA interprofessionnels et 28 FONGECIF régionaux.

 

Collecte

 

L’heure de CPF est censée couvrir l’intégralité du coût de l’heure de formation, quelle qu’elle soit. Mais les OPCA peuvent fixer un plafond et ces plafonds sont à géométrie variable.

 

Certains OPCA ont choisi de ne fixer aucun plafond, ni horaire, ni total. D’autres Opca imposent un plafonnement de l’heure de CPF. Les plafonds varient alors dans une proportion de 1 à 8. Par exemple : Intergros, l’OPCA du commerce de gros, a fixé un plafond à 10 € pour certaines formations ; à l’inverse, FAF-TT, l’OPCA du travail temporaire, plafonne l’heure de CPF à 80 €. La moyenne s’établit à 40 €.

 

La monétarisation du CPF pourrait sembler une bonne chose, permettant ainsi d’y voir plus clair, quant à ses droits à la formation. Il va donc falloir transformer ce compteur en heures en compteur en euros. Mais quel sera le taux de conversion des heures en euros ? Nous aurions pu espérer que la conversion se fasse sur la base de la moyenne évoquée ci-dessus, à savoir 40 €… Mais que nenni !

 

Le taux annoncé par notre Ministre, à ce jour, est de 14,28 €. Ainsi, pour une personne ayant un compteur CPF de 150 heures, il verra, en janvier 2019, son compte crédité de la somme de 2 142 €.

 

valorisation

 

En l’état, sur cette base de valorisation de l’heure CPF, nous pouvons considérer que les droits à la formation sont considérablement réduits, quand bien même le compteur se verra crédité de 500 € par an, pour les personnes ayant une qualification. Un bilan de compétences, qui se finance aujourd’hui en un an à raison de 24 heures, ne pourra être financé demain qu’en trois ou quatre ans à raison de 1 500 à 2 000 euros.

 

Espérons que les débats à l’Assemblée Nationale permettront une revalorisation du taux de conversion…

Pas de commentaire

Flux RSS des commentaires de cet article.

Écrire un commentaire