05 56 95 64 11

Les mesures pour encourager la formation

Le COVID-19 a mis à l’arrêt de nombreuses entreprises, obligeant les salariés à rester confinés à leur domicile. Ce contexte de chômage partiel offre l’opportunité d’avoir du temps pour lire, jardiner, faire du rangement, … et se former ! L’Etat a souhaité encourager toutes les initiatives visant à réfléchir sur son avenir professionnel, à acquérir de nouvelles certifications, que ce soit par la VAE ou en formation à distance, ou encore à acquérir des compétences utiles à son employabilité.

Une aide à la formation des salariés en chômage partiel

Avant même la crise sanitaire que nous subissons, l’Etat avait mis en place un dispositif visant à maintenir l’emploi des salariés, dont les entreprises traversaient des mutations économiques importantes. Conclues entre l’État (Direccte) et une entreprise ou un OPCO chargé d’assurer un relais auprès de ses entreprises, les conventions FNE-Formation ont pour objet la mise en œuvre de mesures de formation professionnelle, afin de faciliter la continuité de l’activité des salariés face aux transformations majeures, et de favoriser leur adaptation à de nouveaux emplois en cas de changements professionnels dus à l’évolution technique ou à la modification des conditions de production.

Jusqu’alors, les actions cofinancées par le FNE-Formation étaient destinées prioritairement aux salariés précaires ou risquant de perdre leur emploi. De plus, cette aide visait principalement les entreprises de moins de 250 salariés. Face à la situation exceptionnelle que notre pays subit, l’Etat, dès le 14 avril 2020, souhaite encourager toutes les entreprises à former leurs salariés en activité partielle. Ansi, quelque que soit sa taille, son effectif, une entreprise pourra proposer, dans le cadre de son plan de développement des compétences, des actions de formation à ses salariés. Les coûts de ces formations seront prises en charge à 100%.

Se former en restant chez soi, c’est possible

Grâce aux dispositifs de formation à distance, une entreprise pourra proposer à son salarié de réaliser :

  • Des actions d’accompagnement amont, de positionnement, de bilan de compétences, de bilans de professionnels, de VAE, de lutte contre l’illettrisme ;
  • Des formations de tuteurs et de maître d’apprentissage ;
  • Des actions de formation qualifiante ou favorisant la polyvalence des salariés : acquisition de connaissances théoriques et pratiques, hors poste de travail (formation interne ou organisme librement choisi par l’entreprise).

Pour bénéficier de ce dispositif, le salarié devra se rapprocher de son entreprise (employeur ou service RH), qui elle-même pourra obtenir de plus amples informations auprès de son OPCO, sur la manière de bénéficier de cette aide.

L’Etat encourage la Validation des Acquis de l’Expérience (VAE)

Les OPCO sont autorisés à financer les dépenses afférentes à la VAE incluant les frais de positionnement du bénéficiaire, l’accompagnement à la constitution des dossiers de recevabilité et la préparation au jury de VAE, ainsi que les frais afférents à ces jurys, et ce, dans la limite de 3 000 €. L’accompagnement à la rédaction du livret de validation (livret 2) peuvent être également pris en charge dans le cadre du CPF (Compte Personnel de Formation).

L’entretien de positionnement, l’accompagnement à la rédaction du livret 1 (recevabilité) comme l’accompagnement à la rédaction du livret de validation peuvent parfaitement s’envisager à distance et vous pouvez ainsi profiter du confinement pour vous engager dans un processus VAE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous pour recevoir régulièrement nos articles